Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 décembre 2009 6 12 /12 /décembre /2009 20:48

Pour toutes info : thierry-chapin@hotmail.fr 

 

 

A problème dantesque, solution équivalente . Le barrage des 3 Gorges illustre ce propos concrètement . Mais cela n’était qu’une solution ‘’imparfaite’’ du 20ème siècle et les problèmes que ce barrage ont pu engendrer ont montré quelque part les limites de ce type de projet . Mais c’est un formidable élan qui a permis la construction d’un tel ouvrage . Aussi contesté que puisse avoir été ce projet , il a permis à la Chine de pallier à de sérieuses déficiences de fournitures d’énergies pour son peuple . Et qu’en est-il pour l’Eau ? La gestion des eaux de ce pays a permit jusqu’ici de faire des miracles mais malgré cela , il faut de l’eau pour 1,4 Milliards d’habitants ! Il leur faut donc une source d’approvisionnement en eau potable complémentaire et massive , un Barrage des 3 Gorges de l’eau en quelques sortes …

 

Alors comment faire ? On constate que de vastes zones montagneuses existent en contrefort de l’Himalaya et sont soumises à de relativement faibles régimes de pluviométrie du fait que les nuages pluvieux se heurtent à la barrière de l’Himalaya en remontant de l’Océan Indien (ce qui donc crée la Mousson). Mais ces zones sont en hautes altitudes , balayées par des vents froids et il y fait moins de 0°C pendant de très longues périodes de l’année. Je ne sais comment exactement mais l’idée germa en moi qu’il serait possible de créer dans une vallée encaissée un glacier d’eau salée qui se désaliniserait de manière naturelle sur le même principe que la banquise Arctique perd son sel avec le temps. Un système donc beaucoup plus naturel que les usines de désalinisation classiques, énergivores et polluantes. Les lois de la physique font que l'eau se désalinise naturellement en moins de 2 ans . Le Sel s'évacue de la glace en descendant en ses couches inférieures. Je ne suis pas là pour le prouver et ne fait que sommairement vous l'expliquer mais c'est un fait que chacun peut vérifier s'il le désire. Partons donc de ce fait scientifique.

 

Il existe de nombreux problèmes à résoudre sur le comment de la réalisation de ce projet mais ici nous verrons ce qui peut être envisagé. Nos ingénieurs devront calculer précisément le temps nécessaire à la glace pour se dessaler dans la coulée créée par de gigantesques canons à neige qui fonctionneront sur le même principe que ceux utilisés sur les plate-formes ou cargos anti-Albédo en zones polaires . Il suffit d’acheminer ces eaux salées par des aqualines classiques avec des canons disposés en altitude autour d’un cirque ouvert ou en demi cercle plongeant dans une vallée . J’ai trouvé par Google Earth un site dont voici les coordonnées ( 32’’32’55.33’’N – 93’’0307.05’’ E ) qui est intéressant à plus d’un égard. Les canons ainsi disposés , l’eau salée expulsée se gèle et naturellement sera poussée vers le bas de la vallée . L’équation de récupération est relativement simple . Il suffit de récupérer la glace à partir de la zone où elle ne sera plus salée. C’est à dire qu’il faut calculer la vitesse de progression du glacier. Si par exemple il faut un an et demi (considérant la pression atmosphérique en ces altitudes,la poussée horizontale, verticale et oblique de l’amas de glace,les fluctuations de t°… tout critères pouvant rentrés en ligne de compte) pour qu’elle soit dessalée , calculer la distance parcourue pendant cette période  et ainsi prélever la glace à partir de ce point de désalinisation parfaite et complète.

 

 

Mais que faire des saumures de sel qui se concentrent à la base du glacier ? Il faut déjà réussir à les récolter car cette eau saturée en sel perturberait de manière conséquente les milieux naturels. Pour se faire , il suffit de créer un canal central de récupération sur toute la longueur du glacier en sa base . Comme dans une rigole , les eaux saturées s’y déverseraient comme les rivières souterraines qu’on trouve à la base des glaciers. Une fois canalisée , il faudra pouvoir se servir de ces eaux là où elles peuvent être utiles…

 

 

Salinite-de-l-eau.png
 

Un autre enjeu rentre donc en ligne de compte . Beaucoup de scientifiques s’alarment de la diminution du taux de salinité de l’eau de mer et en particulier au niveau des côtes du Groënland , là où plongent les eaux froides du Golf Stream. Ces eaux plongent car plus salées et denses que la moyenne. La fonte accélérée de la banquise limite donc cette vertigineuse chute verticale nécessaire au bon fonctionnement du Golf Stream et qui permet d’avoir un climat tempéré en Europe malgré ses latitudes. Et bien donc, aidons un peu la nature en l’approvisionnant avec raison et régulation en eau salée là où nécessaire.

 

 

Les ingénieurs devront calculer quel volume d’eau saturée en sel serait nécessaire pour compenser l’accélération de la fonte des glaces et que ce système soit en perpétuel reconfiguration selon les différentes évolutions climatiques. Il suffit de l’acheminer par un aqualine terrestre traversant la Chine , la Russie , le détroit de Bering, les USA (par l’Alaska), le grand nord Canadien puis le Groënland et qu’ensuite soit déversée cette eau là où les scientifiques le trouveront nécessaires. Ce sera donc au sud des côtes du Groënland et un aqualine sous marin pourrait relier une série de plusieurs plate-forme où l’eau salée de l’aqualine remonterait pour être déversée en surface pour entraîner les eaux vers les profondeurs abyssales … A savoir que la fonte accélérée de l’Antarctique inquiète les scientifiques la circulation du courant circumpolaire du fait de la diminution du taux de salinité de l’eau… Il faudra donc étudier et réguler si nécessaire ces phénomènes en limite de l’Antarctique.

                                                       

En tout cas, quel symbole de voir cet aqualine traversé Chine, Russie et USA, encore un aqualine de la concorde ( Bénéfiques aux 3 pays et toutes les autres nations leurs en seront redevables !) Un autre serait parfait entre Inde et Pakistan pour permettre de limiter les effets catastrophiques des grands moussons (limitant les inondations mais pas les évitant car celles-ci sont naturelles à la base mais se sont amplifiées du fait de l’activité humaine. Réguler, contrôler mais pas déséquilibrer. De dantesques systèmes de pompes mobiles seraient nécessaires. Nous verrons plus loin que cela est possible comme ce fut le cas au Lac Salé des USA) . Au Moyen Orient, des aqualines pourraient faire de miraculeux symboles entre Iran, Irak, Syrie, Liban, Israël , Palestine, Jordanie, Egypte, Arabie Saoudite… Entre la Turquie et la Grèce . Une Coopération entre Colombie et Vénézuéla. Au Soudan donc au Darfour, Au Niger , …  Plus qu’un symbole , une preuve que la paix est possible dans le respect mutuel et le partage de la plus primordiale des richesses et des ressources  : L’Eau. Ainsi fonctionnerait les Aqualines de la Concorde !

 

Le cycle du golf stream serait donc ainsi pérennisé par cet afflux d’eau salée et ainsi ces eaux auraient plus qu’une utilité relative mais vitale au vue de l’influence primordiale du Golf Stream sur nos côtes. L’excédent de sel pourrait être utilisé pour créer une marque de sel de table et industriel qui aura un grand succès au vue de sa provenance. De bonnes campagnes de publicité à la gloire de ce projet feront de la marque une fierté Nationale ! C’est une piste…

 

 

Pour que le projet soit viable , il faut :

 

 

-         Un site pour la création de ce glacier où les conséquences pour l’environnement soient limitées mais elles ne pourront pas être nulles car elles recouvriront de la surface terrestre. Il faudrait que la roche soit peu perméable pour éviter d’importantes infiltrations des nappes phréatiques souterraines. L’idéal étant de préparer la surface en effectuant une sorte de lissage grossier sur lequel serait disposé un revêtement ultra souple, ultra résistant et plus ou moins anti dérapant ( pour contrôler le glissement des masses de glace) Le premier site pourrait être le bon mais pourquoi pas le créer dans les tréfonds du désert de Gobi dans le Canyon du Yollin Am où l’on trouve de la glace en été ! c’est le plus froid des déserts de ce monde après l’Antarctique . Une Coopération étroite entre Chine et Mongolie est possible . Les forts vents permettant la création d’une énergie éolienne abondante de surcroît !

 
Canyon de Yollin Am Gobi Desert.

              Le Canyon De Yollin Am , en plein désert de Gobi…Sa Fraîcheur pourrait être salvatrice…

 

-         Refroidir le plus possible la zone en jouant sur l’Albedo (créer une couche de glace d’eau douce autour de la zone pour qu’elle se réchauffe moins vite en période de fonte.

-         Créer un aqualine d’eau de mer jusqu’aux canons du glacier .

-         Construire un canal d’écoulement des eaux saturée en sel, les saumures.

-         Créer un aqualine allant du glacier aux plate-forme arctique de déversement des saumures.

-         Construire une usine en aval pour reconditionner l’eau et l’acheminer sur les zones d’habitations (se servir qaund c'est possible de voies naturelles comme fleuves ou rivières…)

-         Pourquoi ne pas construire un barrage pour se servir de la force de l’eau sur son chemin de dénivellation (cela créerait aussi de l’énergie donc !!!)

-         Disposer suffisamment de canons à neige dans les hauteurs du cirque pour que s’amoncelle la glace et qu’ainsi elle soit poussée naturellement tout en perdant son sel à mesure qu’elle descend. Naturellement le sel met environ 2 ans pour s’échapper de la glace mais il faudra le calculer plus précisément au vue des données climatiques, topographiques , atmosphériques et autres critères que les ingénieurs trouveront essentiels de prendre en ligne de compte.

-         Créer un système d’énergies propres pour générer l’énergie nécessaire aux fonctionnements des diverses structures  (éoliennes , panneaux solaires, Mini barrage sur le canal de Saumures. Voir l’impact du sel sur les canalisations mais l’acier inoxydable devrait suffire , peut être que la galvanisation serait plus efficace mais je ne pense pas.)

 

Chaine Montagneuse de l’Olympus, vallées sèches de McMu

 

 L’espace sec de l’Antarctique pourrait servir lui aussi de zone de création de glaciers d’eau salée Le  froid étant encore plus évident en ces aires sur l’intégralité de l’année… (Vallées Sèches du MacMurdo - Antarctique)

 

 

Pour toutes info : thierry-chapin@hotmail.fr 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benjamin Blizard ( Thierry Chapin ) - dans environnement écologie économie sciences
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Chapin
  • Le blog de Thierry Chapin
  • : Un Blog qui fera souffler un vent de fraîcheur pour réveiller ou enrichir les esprits des curieux à la fois intéressés par la Politique, L'Ecologie , l'Economie , les Sciences, la Pensée et la Culture . Vastes Sujets ? Heureusement !
  • Contact

Recherche

Liens