Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 23:45

Dans l'attente de trouver un Editeur (Toute proposition étant la Bienvenue et à étudier), Vous pourrez consulter, partager, échanger, critiquer et faire vos remarques sur cet essai pour l'enrichir . VOUS êtes l'amélioration de ces mots et ces mots ne sauraient avoir sens sans vos apport. Merci à Vous. Cette version n'est pas définitive mais s'inscrit dans le cheminement de propositions nécessaires, convergentes, concertées et coordonnées pour donner une vision positive de l'avenir en l'anticipant pour que Tous puissent mieux s'y épanouir et moins le subir... Etre gravier dans ce nouvel édifice d'un monde meilleur plutôt que lourde pierre du mur du silence, cela est la seule prétention de cet ouvrage. Faites Tourner Le Lien de cette 4ème partie !!!




crise2.jpg


L’actualité est riche en évènements stigmatisant les difficultés de nos infrastructures  modernes à gérer une évolution qui se traduit par de moins en moins d’emplois, de plus en plus de productivité et donc de rentabilité avec de ce fait une redistribution des richesses qui s’amoindrit. Les concentrations financières rendues possibles par la crise d’Octobre 2008 l’ont montrées. Cette "fameuse" crise financière qui a permis de justifier des plans de licenciements massifs,  Moins d’emplois mais encore plus de profits pour certains. Une infime minorité… On parle toujours de gain d’efficacité pour justifier des restructurations qui diminuent le nombre d’employés. Education, santé, maison de retraite, plateformes téléphoniques, entretien des réseaux électriques, de gaz et d’eau… On en demande toujours plus avec toujours moins d’effectifs, rester compétitif comme ils disent. Ce qui tend à déshumaniser le rapport entre individus au sein même des entreprises et d’autant plus avec les clients et patients dont ils doivent s’occuper. Comment peut-on croire que l’on peut aussi bien s’occuper de personnes âgées avec toujours moins de temps, « plus d’efficacité » et donc moins d’employés ? Par contre on peut croire que cela soit plus rentable. C’est le cas et cela montre l’importance de prendre son temps avec les individus dont on s’occupe, dont on a la charge et la responsabilité. Et de là découle la nécessité de revaloriser par de meilleures rémunérations, moins de productivisme, plus d’efficacité et de qualité de relations humaines et une propagande dans les médias positive quant à ces métiers nécessaires au bon fonctionnement d’une société démocratique et épanouissante. On ne peut tolérer qu’à chaque fois qu’il y a un problème, la solution se solde par des restructurations qui diminuent les effectifs, des plans de sauvegarde de l’emploi comme ils disent... Dans l’univers des boutiques et centres d’appels où sont traités des demandes par rapport à des services concernant les technologies, il serait valorisant pour les employés d’être formés plus en profondeur sur les produits et leurs technicités plutôt que d’être formé à vendre toujours plus de services additionnels, de forfaits, d’abonnements et de conseils payant alors qu’on ne connaît pas bien les produits. Allez dans une agence Orange et parlez avec les « anciens ». Un vrai fossé peut exister avec certains.


20061101102305 precarite 


           
A France télécom, Orange donc, l’augmentation de la pression, de la mobilité, de la productivité horaire des conseillers, du passage à une logique purement commercial tend à déshumaniser la relation avec les clients, à rendre délétère l’atmosphère au travail et cela n’arrive pas que chez Orange mais aussi dans la plupart des centrales d’appels dont les grandes entreprises font de plus en plus sous traiter ce type de service. Les sous-traitants  n’ont pas les mêmes contraintes syndicales et appliquent à leurs télévendeurs (téléconseillers étant un mensonge car ils sont là pour vendre et traiter le plus de demande et les managers ont beau parlé de qualité de service, ce discours est totalement biaisé et schizophrénique dans la réalité pratique dont votre interlocuteur peut réellement parler en connaissance de causes ayant travaillé plusieurs années dans différents centre d’appels.) des méthodes encore plus productivistes, déshumanisantes et machinales. Il est facile de sortir « lessiver » d’une journée machinale où le stress et la pression sont monnaies quotidiennes. L’aliénation en découlant fait que se détendre après le travail en regardant la télévision , en jouant à sa console ou autre est presque considéré comme un luxe par le quidam qui subit cette oppression masquée… L’alcool, les drogues douces ou, pire, les médicaments étant un parfait palliatif pour lutter contre cette détresse inconsciente et cela permet de mieux accepter cette existence aliénée… Et d’autres, ils ne le supportent pas et vont jusqu’au suicide… Notre société leur dit presque : «  Vous allez mal, vous trouvez que le monde va mal et vous ne sauriez le tolérer un instant de plus ? Quoi ? Vous ne croyez tout de même pas que votre force de caractère que nous faisons passer pour une faiblesse vous permet de remettre en cause l’ordre établi ?! Vous n’imaginez tout de même pas que nous allons réellement changer les choses et les faire évoluer vers de plus positifs juste pour vos beaux yeux ? La vie , on l’aime ou… on la quitte ! Alors si vous n’êtes pas contents, vous savez ce qu’il vous reste à faire ! » C’est certes caricatural mais des fois il faut savoir passer par la caricature pour énoncer certaines vérités. A ce propos, ma personne se doit de vous rassurer en énonçant clairement qu’elle ne détient pas la vérité, personne ne la détient seul et toujours elle dépend de savoir sur quelles facettes du prisme des réalités vous vous basez et posez un jugement ou une opinion . Mais ce n’est pas parce que l’on ne détient pas LA vérité, que l’on ne peut énoncer certaines vérités. La nuance a son importance et comme il est essentiel de dire que je ne changerai rien tout seul mais si rien n’est fait ou pas assez, les choses empireront pour tous ou presque et sauf pour ma personne qui a conscience de cela et sait être heureux et malheureux pour de bonnes raisons. Changer les choses pour tous, c’est les faire évoluer ensemble, avec dialogue et échange d’idées. Le principe de la dialectique… Faire avancer les idées en les enrichissant de la contradiction de l’Autre quitte à partir de présupposés pour mieux les affiner grâce à l’Autre …

"Foule Sentimentale" d'Alain Souchon. Il se dégage de ces cartons d'emballages, des gens lavés hors d'usage & tristes sans aucun avantage...On Nous inflige des désirs qui nous affligent ...Il faut Voir Comme On Nous Parle, Nous Parle, Comme ON NOUS parle ...


A savoir que la plupart des « vérités » ici énoncées ne sont pas miennes (je n’ai pas cette prétention mais celle de vouloir faire converger les critiques et analyses vers des solutions qui existent et existeraient d’autant si nous avions le courage de les mettre en place) mais s’inspire des pensées et penseurs de maints horizons.  Il est à ce titre indispensable de citer des sources tels que Noam Chomsky , Joseph Stiglitz, Jean Baudrillard, Gandhi , Jean-François Kahn, Pierre  Bourdieu, Karl Marx, Keynes , Hervé Kempf, Jean Ziegler , Naomi Klein, Khalil Gibran , Eric Zemmour, Dominique Wolton , Nicolas Hulot ,  Yann Arthus-Bertrand ,… Les travaux des Prix Nobel d’économie 2009 aussi Elinor Ostrom et Oliver Williamson ...

 
1xp6zhyh.jpg

 

Ces deux « Ecolo – Reporter » que sont Mr Arthus-Bertrand et Mr Hulot   résument assez simplement l’ensemble de notre problématique. Pour Mr Arthus-Bertrand : « tout est lié » pendant que Mr Hulot parle de matrice de complexité. C’est très simplement dit mais rien n’est plus vrai. Nous vivons dans un monde d’interconnexion tellement poussé que paradoxalement, notre société individualiste ne nous a jamais autant rendue dépendants des compétences et savoirs de l’Autre. Si ces compétences et savoirs se dégradent ou se perdent ne serait-ce que partiellement, et c’est toute la société moderne qui vacille. Les centrales nucléaires qui sous-traitent une partie de leurs mains d’œuvres avec des employés moins formés, se sentant moins responsables car moins considérés et qui met au placard tout employé qui ose remettre en question la qualité des ouvrages (dans les centrales beaucoup se plaignent en silence que nous soyons passés du risque Zéro au Risque Calculé. La logique économique est passée par là… en attendant un drame ? Gageons que non mais ayons-le à l’esprit. Comme certains le critiquent, avant l’on remplaçait certaines pièces avant qu’elle soit défectueuse. Aujourd’hui, on attend qu’elle le soit. La durée de vérification des tranches dans les centrales était supérieure à un mois. Aujourd’hui, elle l’est beaucoup moins. Et nous ne devons nous contenter des discours rassurant d’Areva et d’EDF qui n’ont pas intérêt à ce qu’il y ait des problèmes mais surtout que l’on parle de ceux-ci quand c’est le cas. Les maîtres élitistes de la communication de ces grands groupes savent manier le verbe et la verve pour dénigrer les critiques mais cela ne suffit pas. De nombreux faits montrent l’opacité de leur communication. Il suffit de plonger aux abords du tuyau de rejets de La Hague) … Nous arriverions à une société qui a créé des systèmes qu’elle ne sait même plus gérer correctement, par manque d’argent, de volonté et de compétences… Par régression…

 
idiocracy.jpg

     C’est ce que dépeint assez comiquement la satire américaine nommée « Idiocracy » . C’est un film qui raconte l’histoire d’une société qui se dégrade à mesure que se reproduisent les individus sous-cultivés et que les esthètes, elles, hésitent , si longtemps et tant et si bien qu’elles en viennent à disparaître… Le QI moyen se dégrade à tel point que la société n’est plus que divertissements abrutissants , violents et/ou sexuels, où la médecine ne cherche plus qu’à donner du plaisir sexuel, où les déchets s’amoncèlent jusqu’à créer des avalanches et où l’Homme ne connait plus l’eau, supplantée depuis longtemps à cause de matraquage publicitaire par une boisson qui tue les terres agricoles… « l’eau C’est juste pour les toilettes » comme ils disent… La régression au service de la consommation. Le splendide dessin animé des studios Pixar qu’est Wall-E le dépeint parfaitement. Des hommes si bedonnant qu’ils ne peuvent rien faire sans la machine qui, elle-même, les avilie et les aliène.

 

      Nous parlions plus avant de la sexualisation intrinsèque dans les relations de couples amoureux. La logique économique voudrait que l’Amour n’existe plus ou soit basé sur de mauvais préceptes et ce, à bien des niveaux. En effet, l’amour éphémère (et la multiplication des moyens de tentations de la transgression de la fidélité), c’est l’augmentation du nombre de divorces et pour ces messieurs et parfois ces dames, l’impératif d’encore gagner plus pour conserver leur niveau de vie tout en payant leur(s) pension(s) alimentaire(s). C’est aussi le principe du chacun chez soi et chacun possède ses biens. En effet, dans cette logique inhumaine, un couple ne possède qu’un lit, un seul réfrigérateur, un seul ordinateur , une seule machine à laver alors que chacun chez soit c’est la multiplication des biens matériels par deux ! Donc le sexe est encouragé, l’amour beaucoup moins ou de manières biaisées et niaiseuses…

 

"Notre Epoque" de Tarmac ....

Précédemment aussi , j’évoquais l’eau. Pour ne rien vous cacher, j’ai précédemment écrit un rapport intitulé Ice Water Project – Just Ice For All où comment le problème de la répartition de l’eau dans le monde dans les décennies à venir allait être un enjeu majeur de prospérité ou de déclin, une cause de conflits et de détérioration massive des conditions de vie pour tous sur la planète. Ce qui ne nous touche pas directement finit toujours par nous toucher indirectement. Je mettais en perspective maints problèmes et le minimum qu’il faille faire quand on critique, c’est d’apporter des solutions, ce à quoi je m’étais attelé sans que personne ou presque ne semble bon de prendre la peine et le temps de le lire. Mais là n’est pas la question. Cela parlait de la nécessité d’une coordination mondiale comme locale et d’une convergence des idées et propositions pour lutter contre les guerres de l’eau futures. J’étendis le propos à l’ensemble des autres problématiques  permettant cette convergence rendue nécessaire par le dérèglement climatique, le pillage des ressources et la croissance démographique.

 

Il doit être clair que pour qu’une organisation du travail soit réellement meilleure et durable, il faut aussi une société meilleure et durable. Plus de justice et de justesses sociales, de l’équité, de la revalorisation à la base de la société et de la modération et de la raison en son sommet. Il faut pour se faire, plus de culture, de vraies cultures et tout simplement et nécessairement plus d’amour et de partage, moins de convoitises et de vices. Nous pouvons observer que nos civilisations occidentales se sont bâties sur une religion qui prônait l’interdiction et matérialisait cette interdiction par les fameux 7 pêchés capitaux. Aujourd’hui on observe que nous avons basculé dans le système inverse. Maintenant une partie des médias aliénants en font l’apologie ! La meilleure solution passerait donc par un équilibre entre les deux et surtout moins de publicités dans le sens du vice, de la pulsion, de l’instinct, de la tentation et de l’assouvissement systématique. Cela est régressionniste car cela fait appel au cerveau primaire humain. Les acheteurs compulsifs en sont victimes comme coupables et nous sommes tous dans ce bas monde victimes et coupables, pas l’un ou l’autre, les deux. Car à la fois nous subissons le système et nous en profitions aussi, nous rabaissons et nous soumettons à lui et c’est à nous, par nous et avec nous que celui-ci doit évoluer.

 
allegorie-vertu-vice-lorenzo-lotto-13-315-iphone.jpg"Allégorie Du Vice Et De La Vertu" de Lorenzo Lotti ... Il est essentiel de vivre dans un équilibre entre ces 2 antagonismes et non dans l'extrêmisme de l'un (comme par le passé) ou de l'autre comme nous devrions le voir aujourd'hui...

Il faudra certainement repenser une partie même du financement des sociétés futures et il nous faut dès à présent ouvrir un débat avec un regard neuf sur la retraite, les retraites. C'est un vaste, très vaste sujet et nous pouvons le dire, problème (Il y aura 2 fois plus de personnes de plus de 65 ans en 2040 !). Il faut bien avoir conscience que malgré l'augmentation de l'espérance de vie, au delà de 55 ou 60ans, les statistiques montrent que les risques d'accidents professionnels sont croissants. Ces quinqua presque sexagénaires ont pour eux de grandes qualités mais malgré la course au jeunisme à laquelle le système de société occidentale fait face, l'âge est un facteur physique de défaillance. Attention, je ne parle pas donc des professions intellectuelles où là, l'âge, est plus que synonyme d'expérience mais aussi d'accumulation de celles-ci, de savoirs, de connaissances, de clairvoyance... Quand bien même la valeur n'attend le nombre des années, c'est très généralement le cas. Alors doit-on faire partir à la retraite plus tôt des individus qui vivent plus longtemps ? Non, bien sûr. Doit-on les faire travailler plus longtemps ? Rien n'est moins sûr. Mais travailler que cela signifie-t-il à 60 ans pour une grande majorité de la population mondiale pour qui, travail n'est pas terre ni synonyme d'épanouissement ? Il faut absolument créer une période transitoire entre l'arrêt de son activité professionnelle classique et la réelle retraite. Il faudra d'ici peu créer une période de 5 à 10 ans ( avec horaires dégressifs à mesure que l’on avance dans cette période, commençant à 30h/semaine pour finir à 15h/semaine) durant laquelle les presque retraités se devront de donner 9 mois par an soit des cours, encadrer les enseignants, former en entreprises, assister les élèves et/ou apprentis en difficulté. Redonner au socle social sa valeur inter générationnelle. Rappelons que sinon des méthodes radicales existent. Dans « Un bonheur insoutenable », toute personne de 62 ans se verra mourir dans l’année. Plus de vieillesse, plus de problèmes. Vous remarquerez que les 2 prononciations fonctionnent pour le mot « plus » si on se met à raisonner comme une machine, comme la machine de cette dystopie.


God2-Sistine_Chapel-adamn-et-dieu.pngTRANSMETTRE ....
 

     Ou alors, pourquoi ne pas les tuer pour en faire de la matière organique comme dans le film « Soleil Vert » avec Charlton Heston ? Et si les retraités du futur étaient les juifs du passé , des victimes transformés en coupables ? Certains pourraient en effet se demander pourquoi ils devraient payer pour la retraite d’une génération qui a laissé s’aggraver l’injustice, la pollution, l’individualisme aliénant et qui sera la première génération (hors guerre) a laissé une espérance de vie inférieure à la leur. Certains discours extrémistes pourraient utiliser ce type de fallacieux arguments à mauvais escient… Pendant ce temps là…   En permanence les effectifs de l'éducation nationale diminue et malgré la plus grande efficience des enseignants et formateurs "modernes", force est de constater que de pouvoir partager et échanger de manière individuelle et avec une plus grande proximité avec ceux qui en ont besoin, c'est une nécessité pour que demain, les générations futures soient  moins dépendantes de la technologie tout en en ayant une réelle maîtrise et compréhension.

 

             On ne peut se reposer sur l'accumulation des savoirs, connaissances et compétences acquis par nos aïeux. Il faut continuer à bâtir sur celles-ci et consolider les bases de  l'édifice sous peine d'être enseveli par celui-ci. Durant cette période (modulable à bien des égards et à aménager aux lumières de tout les aspects et protagonistes de ces problématiques), l'individu pourrait toucher sa pension de retraité majorée de 10,20,30 ou 40% ou un autre système de rémunération qui ferait qu'il serait légèrement plus payés qu'en touchant sa simple pension. Il faut savoir que toutes pénibilités intolérables seraient exclues et réduites à leur valeur la plus faible. C'est une période de transition et de transmission. Un pacte inter générationnel qui apporterait une plus grande compréhension et un plus grand respect entre les plus jeunes et les plus âgés. A chaque pays de trouver les formules adéquates à leurs spécificités propres mais cette idée pourrait s'avérer des plus utiles. Un "grand" penseur me dit : " Il suffirait que l'on fasse plus d'enfants». Ce serait comme de vouloir régler la crise économique en poussant la croissance jusqu'à détruire la ressource mère : la Terre. Au contraire, comme énoncé dans le IWP, il ne faut pas interdire les naissances mais inciter les couples à la mesure et à la raison.

 

 

 Juste Une Chanson .... "5 Sens" - Tryo ...


             
Certes, l'enfant, lui donner la vie, c'est de l'Amour. Mais au regard du monde qui nous entoure, faire aujourd'hui une famille avec 10 enfants ou plus, ce ne serait juste pas ou peu responsable car la Terre est mère nourricière mais encore faut-il que l'Homme laisse des zones préservées de l'urbanisation humaine galopante due à une prolifération pas assez ou mal contrôlée. L'enfant unique n'est pas la solution mais le monde change et c'est aussi à nous, à l'Homme de s'y adapter en prenant en considération des éléments extérieurs à ses propres envies et à l'Amour qui peut en découler, aussi noble , grand et universel soit le plus beau des sentiments. Cela va dans le sens du problème éthique de la procréation par mère porteuse et, pire, la procréation eugéniste. Il ne faut pas forcer la nature sous peine de la voir se détruire quand nous n’aurons plus le contrôle de ce que nous avons créé.


 121326061617-cerveau-gauche-cerveau-droit-icone

 

L’évidence est qu’il ne faut pas une révolution mais une réévaluation fondamentale du système pour permettre une Prospérité Durable Pacificatrice car l’évolution ne doit pas être dans la régression , l’austérité ou la privation mais dans la modération, la consommation raisonnée et l’élévation culturelle qui permettrait à tout un chacun de se poser des meilleures questions et de moins ressentir certains besoins complètement futiles et aliénants… s’émanciper… Anticiper. Tant d’hommes et de femmes « modernes » se baladent dans les rues tels des panneaux publicitaires et se croient plus intelligents car à la mode. A en croire la publicité Renault : «  Bien dans son époque, bien dans sa Twingo » Dans cette pub, ils montrent que l’époque est à la dégénération, une mère satisfaite que sa fille ait enfin trouvé du travail, le travail étant danseuse de charme… Quelle perspective émancipatrice pour la femme moderne que de retourner un siècle en arrière ! L’émancipation féminine , ce ne doit pas être d’être libre de se rabaisser à l’homme et que l’homme fasse pareil envers la femme. Rappelons aussi que de dire que le plus vieux métier du monde est la prostitution est un mensonge qui omet de dire que c’est l’esclavage le premier de tous. Les pubs Renault sont très révélatrices. La dernière est une jeune fille dont il serait bon de savoir l'âge que Renault ose lui donner qui laisse échapper des préservatifs de son sac face à sa grand mère qui en garde un pour elle au lieu de lui faire comme elle le craignait ... " Mamie Est Dans le Coup ! " Une autre dit : « signe extérieur de richesse intérieure ». On arrive par ce biais sémantique à superficialiser notre monde interne en l’extériorisant. Ce que l’on possède extérieurement nous révèle intérieurement. C’est une ineptie dangereuse et fallacieuse… La publicité… Autre exemple avec le journal gratuit Direct Soir:« après le travail: le plaisir » On ne peut résumer une existence libre, spirituelle et épanouissante à cette dualité aliénante: Produire et Consommer. Cela crée de la frustration pour tous ceux qui ne peuvent vivre ainsi, qui s’occupent des autres et ne vivent pas que dans l’hédonisme infantilisant (le concept d’adulescent est à la fois réalité et création mercantile, le principe de la poule et de l’œuf… Mais comme statistiquement l’adulescent consomme plus et plus futilement que l’adulte, la société de consommation en fait l’ « apologie »… Qu’en est-il du métrosexuel ? La réponse est dans le premier exemple…) A chacun son degrés de perméabilité et/ou d’imperméabilité à ces messages mais dire qu’en rien nous ne sommes influencés par cela est la pire des dénégations. Ayons l’humilité de l’avouer. La première des intelligences est d’admettre sa bêtise. La première des bêtises est d’admettre son intelligence .A ce jour essayons d’admettre que nous pouvons être stupide, cela nous rendra plus intelligents, surtout pour comprendre l’Autre, son intelligence comme sa bêtise.

 

paradoxe.jpg
 

     L’humanité du futur a donc besoin de grands projets collectifs pour s’adapter aux problématiques du monde qui l’entoure et se dégrade. Elle aura aussi besoin de grands projets individuels où la culture, l’amour et le partage (aussi innocent soient ces mots, ils sont essentiels) doivent avoir une place majeure et prépondérante. Maîtriser, équilibrer, réguler, expliquer plutôt qu’interdire. Il faut un management qui soit force de propositions et d’aides directes à ceux qu’ils supervisent. Ils ne doivent pas être là pour mettre de la pression mais guider et faire aller de l’avant en ayant pour objectifs la qualité du service et du relationnel avec le client sans avoir à formater celui-ci pour gagner en productivité. La croissance et l’économie doivent être revisitées pour que leurs principes ne se fassent pas au détriment des êtres humains qui devraient toucher plus le fruit des bénéfices créées et il faudra expliquer à l’ultra minorité d’ultra riches et de riches de cette planète que même si ils ont gagné cet argent, ils n’en méritent pas forcément la totalité qu’ils ont à présent. Si ils sont riches, c’est aussi car d’autres, beaucoup plus nombreux et moins riches qu’eux, les ont enrichis en achetant leurs produits ou les fabriquant. Ils doivent leurs richesses aux peuples et à la société sans laquelle ils n’auraient jamais été riches financièrement. Alors quand ils décèdent, il est absolument nécessaire qu’une grande partie revienne aux états si ceux-ci sont gérés sainement. Il y a une limite aux héritages qu’il faudra mettre en place, pourquoi pas même 20.000.000 d’€. Cette somme est énorme et au-delà, qui peut honnêtement prétendre les mériter alors qu’ils ne sont que fils ou filles de ? Avec cette somme maximum, ils feront déjà partis des 1% les plus riches de la planète ! Et pourquoi pas exonérer ces sommes de tout impôt. Mais au-delà, c’est indécent au regard des souffrances qui s’étendent de par le monde. De plus, cet argent qui servira à la société donnera une chance à ces enfants de vivre tout simplement dans un monde viable. Sans cela, il n’y aura pas assez d’investissements financiers pour permettre de créer l’équilibre nécessaire à la poursuite de la vie sur la seule planète où la vie existe : La Terre. Notre seule et unique maison et ce pour encore un bon moment avant que la conquête spatiale ne permette massivement d’émigrer de la terre. Nous serons tous morts d’ici là mais il faut le préparer. Il faut léguer aux générations futures les clés d’un monde viable et à faire progresser  avec l’intelligence de l’amour , de la culture, de l’éducation et du partage.

 

     Il faudra aussi avoir le courage de parler de certaines re-nationalisations nécessaires. Il faut déjà comprendre et percevoir que la plupart des privatisations se sont faites au détriment des citoyens. Le plus invraisemblable est de voir comment les états ont livré aux mains d’une infime minorité le résultat fructueux d’un investissement à long terme des citoyens qui finançaient ces entreprises avec leurs impôts. en France, qui a financé les autoroutes ? GDF ? EDF ? France Télécom ? Qui, aujourd’hui en récolte les fruits ? Les grands actionnaires et en général, l’actionnariat d’entreprises (les salariés) et de petits porteurs représentent la majorité de ceux-ci en nombre mais seulement quelques % en terme de valeurs. Qui finance en grande partie les laboratoires pharmaceutiques ? L’état. Qui en récoltent les bénéfices quitte à « contraindre » certains médecins à sur-médicamenter certains de leurs patients ? Est-ce logique et équitable ? Doit-on faire évoluer la situation ? Il semble que oui aux dires de nombreux économistes, politiciens et penseurs. Les services psychiatriques devraient par exemple investir plus dans le nombre de personnels encadrants et moins dans certains médicaments qui jettent dans la torpeur ceux qui les consomment. On ne peut traiter systématiquement des maux psychologiques ou psychiatriques par des médicaments car certes, il est plus facile et rentable de prescrire des médicaments que de passer plus de temps à comprendre et soigner les maux de l’esprit, les traumatismes et les névroses de certains patients. Cette facilité, c’est le choix des sociétés totalitaires décrites par Huxley ou Levin. Pour éviter le mal être, les individus se servent de médicaments, drogues légales qui empêchent ce mal être mais annihilent en partie la raison et le libre arbitre.

 
marchands-du-temple-11.jpgAu delà des religions , La symbolique de Jésus Chassant Les Marchands Du Temple est un exemple du non aveuglement qui doit être nôtre pour que la Société soit régie par l'intérêt général de Tous et non l'intérêt particulier de quelques uns...

      Rappelons nous aussi des films tels que « Mission Impossible II» où le personnage maléfique s’empare d’un virus pour mieux s’enrichir avec le vaccin… sombre échos à une certaine grippe qui prit tout les noms pour nous effrayer et réveiller en nous des peurs enfouies qui nous font accepter plus facilement comme des « sauveurs » ceux qui apporteront les vaccins… Il faut se souvenir que le Tamiflu a été créé par un laboratoire pharmaceutique dont Donald Rumsfeld était un des principaux dirigeants (ancien ministre de la défense sous W. Bush et membre du PNAC – Project for a New American Century… J’invite toute personne voulant se cultiver et qui n’est pas empêtrée dans ses certitudes à lire sur Internet ce qu’il en est dit et aussi ce qu’ils disent sur le site officiel de ce Think Tank Néo-conservateurs http://fr.wikipedia.org/wiki/Project_for_the_New_American_Century ). Le Tamiflu a été interdit au Japon après que plus de 20 personnes décédèrent à cause de ce produit. Il est important de voir que certains laboratoires pharmaceutiques ne nous veuillent pas forcément du bien mais nos biens. C’est une sournoise duplicité. Autre film : « Requiem For A Dream » Ce film traite de l’addiction aux drogues que sont les drogues dures, l’argent, les médicaments et la télévision. Une vieille femme finit par devenir folle car le système de santé ne prend pas le temps de comprendre son problème. Elle est traitée sans aucune attention ni humanité et elle finit par devenir ce qu’on lui martelait qu’elle était. A force de dire à certains qu’ils sont fous, ils finissent par le croire… Goebbels en avait fait un maléfique art au travers de sa propagande. Au regard de la série documentaire d’Antoine De Maximi , « J’irai dormir chez vous » , il est affligeant d’entendre un enfant iranien lui demander si vraiment il était terroriste … Ils le deviendront … Transformons en ennemi ceux dont nous désirons exploiter les richesses… Même Avatar de James Cameron donne ce triste exemple de manipulation.


The Man Who Sold The World - David Bowie ... L'homme qui a vendu le monde...

Partager cet article

Repost 0
Published by Benjamin Blizard ( Thierry Chapin ) - dans environnement écologie économie sciences
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry Chapin
  • Le blog de Thierry Chapin
  • : Un Blog qui fera souffler un vent de fraîcheur pour réveiller ou enrichir les esprits des curieux à la fois intéressés par la Politique, L'Ecologie , l'Economie , les Sciences, la Pensée et la Culture . Vastes Sujets ? Heureusement !
  • Contact

Recherche

Liens