Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 20:20

Dans l'attente de trouver un Editeur (Toute proposition étant la Bienvenue et à étudier), Vous pourrez consulter, partager, échanger, critiquer et faire vos remarques sur cet essai pour l'enrichir . VOUS êtes l'amélioration de ces mots et ces mots ne sauraient avoir sens sans vos apport. Merci à Vous. Cette version n'est pas définitive mais s'inscrit dans le cheminement de propositions nécessaires, convergentes, concertées et coordonnées pour donner une vision positive de l'avenir en l'anticipant pour que Tous puissent mieux s'y épanouir et moins le subir... Etre gravier dans ce nouvel édifice d'un monde meilleur plutôt que lourde pierre du mur du silence, cela est la seule prétention de cet ouvrage. Faites Tourner Le Lien de cette 1ère partie !!!


VOICI :

Elevation-a19545133.jpg

"Mieux vaut allumer une bougie que de maudire les ténèbres" (Lao Tseu)

vinci-homme-vitruve1.jpg

« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » (Albert Einstein).

 

 



Introduction.

 

 

 

A la base, il m’avait été demandé de faire un essai comme une somme de réflexions sur la réorganisation du travail. Le sujet est complexe et la pensée mérite les mots nécessaires à son développement. A force de résumer et synthétiser, on finit par dissoudre la substantifique moelle de ce que l'on tente de développer. Synthétiser et développer peuvent en ce cas être antagoniste. Développons, tentons dumoins. Ici nous ne parlerons pas de changements nécessaires car le monde est en perpétuel changement. Le monde change et pour beaucoup il empire à mesure qu’émerge de nouveaux empires. Ce changement est régressionniste et matérialiste. Ici nous parlerons donc non pas de simples changements (car tout change en permanence, tout est en perpétuel mouvement et change vers le meilleur comme vers le pire) mais d’évolution et de progrès avec le but ultime et clair d’améliorer la situation du peuple dans sa globalité, riche comme pauvre, fort comme faible , érudit comme sot , sournois comme naïf . TOUS.  Ce texte se veut donc accessible à Tous et n'a pas la prétention d'être un texte philosophique, économique , écologique, sociologique ou politique. Il est empreint à tout cela .  Certains trouveront le texte trop simple , d'autres pas et pourquoi pas proches des brèves de comptoir ! Ce dernier étant le plus grand des compliments à l'aune du nombre de penseurs, de philosophes et d'auteurs qui fréquentent et fréquentèrent les cafés , les zincs et autres salons . Ils écoutaient le peuple. Ils parlaient au peuple . Ils étaient le peuple , par et pour le peuple. Ils n'étaient pas déconnectés. Espérant être connecté.

 

7ème Symphonie de Beethoven , 2nd Mouvement ... En accompagnement musical ... Des Ténèbres à La Lumière...

Il serait galvaudé de commencer cet essai sur l'organisation du travail en disant que de tout temps l'Homme a eu besoin de s'organiser et de mettre en place une hiérarchie sociale pour lutter contre l'anarchie. Malgré tout, commençons ainsi. Plus le nombre d'individus augmentait dans une communauté, plus ce besoin se fit et se fait encore de nos jours ressentir. L’organisation et la hiérarchisation sont légitimes et permettent d’éviter le chaos de l’anarchie et de l’égalitarisme qui tire l’ensemble d’une société vers le bas (Quand Gandhi parle de "L'unité dans la diversité", il ne parle pas d'anarchie. L'organisation n'est pas nécessairement Unicité et Dogmatisme). Elles permettent aussi de récompenser les différents protagonistes à la mesure de leurs responsabilités (plus les responsabilités et le pouvoir décisionnaire sont grands et plus la rémunération et les avantages en nature le sont) et, normalement, à la hauteur des bénéfices engendrés par cette organisation (résultat s’améliorant ou se pérennisant, une bonne gestion en somme).

 

Mais que nous montre l’Histoire si l’on ouvre les yeux sur certaines réalités avec recul et lucidité ? Celle-ci nous montre que rares furent les périodes où les organisations qui permirent aux individus d’être rémunérés et considérés à la leur juste valeur… Le fameux principe d’équité. Est-il réellement nécessaire de rappeler que l’équité et l’égalité n’ont rien à voir ? Je pense que oui pour ôter toutes ambiguïtés persistantes sur la nature de ces propos. L’équité vient par la justice et la justesse sociale, par la mesure, par la raison et par l’équilibre. L’égalité , elle , concoure au nivellement par le bas et restera une utopie comme l’a montrée l’Histoire. Nous pouvons remarquer que nous sommes plus facilement égaux dans la misère. L’exemple le plus frappant est la parfaite parité salariale entre hommes et femmes qui sont payés au smic : Un caissier et une caissière sont aussi peu rémunérés et considérés. Un ou une employé(e) Mac Donald’s aussi. Plus le niveau social augmente, plus la disparité se crée entre hommes et femmes. Les combats féministes d’antan ont réussi à hisser les femmes au niveau des hommes du moins dans les classes pauvres et moyennes inférieures. Il vaut toujours mieux se hisser à l’Autre que de contraindre l’Autre à se rabaisser à soi. Gageons que l’Histoire montre que le premier cas soit le vrai.


elevation3.jpg
 

L’Histoire nous montre aussi l’évolution et la régression des inégalités et des inéquités (on observe d’ailleurs un ré accroissement de celles-ci depuis plus de 15 ans (voir maints articles à ce propos dont celui-ci : http://www.inegalites.fr/spip.php?article694 Il montre un réccroissement des inégalités depuis près de 20 ans aus USA et en France aussi si l'on prend en compte les revenus du patrimoine) … Le Fameux « Greed is Good » de Michael Douglas dans « Wall Street » d’Oliver Stone est symptomatique de ce glissement permissif de l’avidité et de la cupidité sans limites transformées en valeur à la fin des années 80 et au début des années 90… Les scandales type Enron, Madoff ou Kerviel auront-ils raison de cette machine qui s’est emballée ? Il faut l’espérer et l’avoir pour but entre autre.) au niveau des structures existantes pour le travail des individus et nous nous devons ici de nous intéresser spécifiquement aux fluctuations intervenues au cours du XX ème siècle. La première chose qui saute aux yeux à celui qui s’intéresse un minimum à l’évolution de l’organisation du travail, c’est l’accroissement de l’écart moyen de rémunération entre un simple employé et son patron. Jean-François Kahn l’explique à de multiples reprises dans ces ouvrages ( « Les Bullocrates » – « L’alternative, Oui c’est possible ! » ). En effet il explique qu’à l’époque de Henry Ford (qui pourtant n’était pas que saint homme), il semblait convenable d’avoir un rapport de 1 à 10 entre salarié et patron. Puis, progressivement, celui-ci est passé de 1 à 30, à 40 , à 100… sous la pression de théoriciens de l’économie dont le plus tristement célèbre est l’économiste Milton Friedman de l’école de Chicago comme on la nomme. Ce théoricien parlait beaucoup de liberté, de libéralisme économique en fait. Pour lui, l’économie de marché et son développement sans entraves et avec moins d’engagement de l’Etat, c’était cela la Liberté.


friedmanlarge.jpgMilton Friedman a ses fans... Et les autres...
 

« La Liberté c’est l’Esclavage » aurait rétorqué Georges Orwell (La publicité reprend aujourd’hui cette sournoise thématique : Musique « Freedom » sur la pub pour la carte de crédit à paiement différé ou non du Crédit Agricole… Le crédit c’est l’esclavage des temps modernes. Nous y reviendrons. Prenez aussi la publicité pour Bouygues Télécom – Néo Pro : téléphonez en illimité, 24h/24 « en toute liberté ! » Si la liberté c’est d’être dérangé 24h/24 pour son travail, c’est une sacré notion de la liberté ! D’où la phrase d’Orwell.). Friedman a été un des économistes les plus influents de la seconde moitié du XXème siècle car ses théories étaient plus qu’alléchantes pour les décideurs et les élites (cela renforçait leurs pouvoirs et leurs richesses) et le concept pourrait en être ainsi simplement et clairement explicitées : plus la taille structurelle d’une entreprise est importante et plus l’écart entre dirigeants et salariés se doit d’être important et cela est justifié par l’augmentation des responsabilités induites par l’accroissement des structures . La mondialisation a donc fait exploser certains revenus de dirigeants et beaucoup ne sont que des gestionnaires et non les créateurs de ces firmes. Ils ont donc beaucoup moins de mérites à exploiter ces filons.



 

 En effet, les responsabilités et la masse salariale à gérer augmentant, les profits aussi, alors il est "normal" d’être beaucoup mieux payés. En fait, il fut pour beaucoup d’élitistes une caution à l’accroissement exponentiel de leurs richesses. Cet homme avait réponse à tout dans sa logique libéraliste qui oubliait juste une chose et non des moindres : les êtres humains ne sont pas que des chiffres et les dirigeants ne sont pas tout les êtres humains. Il influença la politique monétaire internationale, institutionnalisa le chômage comme une simple donnée structurelle et justifia ainsi qu’il ne faille pas trop redistribuer les fruits de leur productivité à leurs salariés. Le réel gain, la réelle valeur ajoutée allant majoritairement aux dirigeants et aux actionnaires sachant que ces derniers , de par la logique sans entraves et de nombreux autres mécanismes cupides, ont demandé de meilleurs rendements et sur plus de court terme à mesure que le temps avançait. Vous comprendrez qu’ici est fait cas des multinationales particulièrement mais que par effet d’interconnexion entre tous les protagonistes de l’économie, cela a une incidence à toutes les échelles de l’économie et donc de nos sociétés qui gravitent autour , pour et par celle-ci.  Ce qu’il faut déjà assimiler c’est que si nous souhaitons comprendre et modifier l’organisation du travail, il est essentiel de mettre en perspective les choses car toute chose a une incidence directe ou indirecte sur une autre, la théorie du Chaos en somme. Analyser, confronter, opposer, démontrer, organiser et coordonner pour faire converger et progresser les idées. C’est la dialectique nécessaire pour que parler de la réorganisation du travail (qui n’est possible que si est réorganisée la société de manière plus vaste) soit une réelle possibilité. Nous devons en ce sens parler :

 

 

De la Réévaluation Des Choses Nécessaires Sous Peine De Révoltes Sanguinaires.

(Petite Contribution Non Exhaustive à La Prise De Possession Par L’Humanité De Sa Destinée … Observer , Anticiper, Construire Et Ne Jamais Subir)


liberte-2-copie-1.jpgPour Ne Pas  En  Arriver Jusque  Là , Il  Nous  Faudra  Réévaluer  Certaines  Choses...  Ou  Bien ...
 

« Il vaut mieux savoir accepter certaines réalités pour mieux savoir les refuser (et lutter contre, consciemment) que de refuser certaines réalités pour mieux les accepter (et les subir inconsciemment). Dans le 1er cas, cela s’appelle la Liberté. Dans le 2nd, cela s’appelle la servilité. La liberté est un danger mais est épanouissante. La servilité est sécurisante mais aliénante. Continuera à refuser cela qui veut, je ne pourrai et sûrement ne saurai convaincre tout le monde par ces mots. Sont plus alléchantes et colorées les sirènes hurlantes et assourdissantes pour certains de la société de consommation actuelle et de ces préceptes aujourd’hui désuets… » ( Citation de ma facture . Depuis j'ai trouvé celle-ci : "I prefer dangerous freedom over peaceful slavery." " Je préfère le Danger de la Liberté à la Paisible Servilité". Thomas Jefferson .)



brueghaveugles parabole bruguel"La Parabole Des Aveugles" vue par Bruegel ... Etre mené par des Aveugles, où donc cela peut-il mener si ce n'est dans le fossé , dans le mur ou à l'opposé de là où il faudrait aller ? ...


On a assisté à une fuite des capitaux (capitalisme d’investissement vers capitalisme de rentes) qui se concentrèrent massivement entre les mains de petites castes, corporations, connivences, confréries d’anciens élèves de grandes écoles, de systèmes népotiques … en somme un système de reproduction élitiste bien établi et relativement cloisonné et hermétique. On peut parfois y accéder, c’est ce qui donne au peuple l’illusion de la liberté (Le Loto étant le pire exemple d’impôts tacitement accepter dans l’espoir d’avoir aussi « sa place au soleil »… on oublie l’ombre que cela crée pour l’ultra majorité des individus). J’en reviens au népotisme car certains oseraient remettre cela en questions alors que la réalité à ce propos est édifiante en France :

 

-         Liliane Bettencourt : Héritière du fondateur de L’Oréal.

-         François-Henri Pinault : PDG de PPR. Fils de François Pinault.

-         Serge Dassault : PDG du Groupe Dassault. Fils de Marcel. Ses enfants attendent…

-         Martin Bouygues : PDG de Bouygues. Fils de Francis. Il a pris la place convoitée par son autre frère. Aucune connivence au niveau étatique même s’il est le parrain du dernier fils du président et accessoirement a accentué le sentiment d’insécurité en multipliant les reportages sur TF1 à ce sujet. Il n’est pas le seul.

-         Alain et Gérard Wertheimer : PDG de Chanel. Petits fils du fondateur de Chanel.

-         Jean-Charles et Jean François Decaux : PDG de Decaux. Fils de Jean Claude.

-         Bernard Arnault : PDG de LVMH. Fils d’industriel. Ses enfants sont déjà dans le groupe et nous verrons comment se passe la succession. Au regard de ci dessus, nous pouvons en avoir une vague idée.

-         Didier Primat : Propriétaire de Schlumberger. Héritier de la dynastie Schlumberger.

-         Alain Mérieux : Secteur Médical. Fils de Marcel Mérieux, créateur de l’institut Mérieux ( Sanofi Pasteur )

-         Romain Zaleski : Investisseur. Fils d’aristocrate Polonais qui a entre autre monté une fondation dirigée par sa fille.

 

-         Clin d’œil à Arnaud Lagardère : PDG du Groupe Lagardère. Fils de Jean-Luc Lagardère. Aucun Lien avec le pouvoir en place et aucun favoritisme de l’Etat pour la succession suite au décès de son père . Rappelons Toutefois que le Ministre des Finances d’alors (un certain Nicolas Sarkozy que Mr Lagardère présentait comme son Frère ! ) lui avait préparé une succession fiscalement très avantageuse . Ce qui est bien normal vous en conviendrez très certainement.

 

 

J’ai réalisé cette liste non pour stigmatiser ces individus qui ne sont que le fruit du système  (Je ne fais donc qu’étayer pour critiquer le système qui conduit à ces aberrations. Je prends ces noms en exemple car il faut bien illustrer les résultantes de ce système népotique. Mais je ne critiquerai ici que certaines personnes pour mieux dénoncer le système. Nous sommes tous, du plus riche au plus pauvre victimes et coupables dans ce système et je ne suis pas au dessus de celui-ci car je ne suis pas parfait. Si des choses doivent évoluer, peut-être que moi aussi comme nous tous le devrais.) mais pour montrer qui sont les 10 plus grandes fortunes de France actuellement (et les dirigeants des sociétés qui ont fait leurs fortunes…) et ne ferai qu’ajouter à cela la définition de népotisme :

« Autorité, faveur dont ont joui, auprès de certains papes, leurs neveux, leurs parents. Les abus du népotisme ont été funestes au pouvoir pontifical.

Il se dit, par extension, de
la Faveur excessive qu'un homme en place montre envers ses parents, ses protégés.

Définition du mot "népotisme" selon : Dictionnaire de L'Académie française. »


        
Ne parlons de Georges W. Bush , tristement fils de son père, lui même fils d’un des trésoriers du III ème Reich (Voir Biographie de Prescott Bush) , ni de Jean Sarkozy (Dominique Paillé de l’UMP  dit qu’au contraire, c’est un message positif aux jeunes en leur disant qu’il ne faut pas attendre d’être « vieux » pour avoir des responsabilités. Non voici ce que les jeunes entendent dans leur majorité : « si t’es pas Fils de , tu vas galérer pour y arriver ») , ni d’Ali Bongo … N’en parlons plus, ils n’en valent que peu la peine et ce serait leur faire trop d’honneur. Eux aussi étant victimes et coupable du systèmes en place. On remarque que les médias en ce moment n’osent évoquer que le népotisme des politiciens mais pas des entrepreneurs. L’arbre qui cache la forêt…

Héritiers et Fils de ,  Voici sur quoi repose nos plus grandes richesses… nos plus grandes faiblesses. Cela crée une sorte de ré-aristocratisation de la très grande bourgeoisie et le mérite n’est plus la raison de la place de certains dans le système et c’est ce qui conduira à une sanglante révolution si les choses n’évoluent pas rapidement (car ainsi l’homme et la femme de la rue le firent en 1789, du moins on lui fit croire…) pour dire que ce type de Dynasties n’est pas souhaitable. Et ce n’est que la partie émergée de l’Iceberg. Rappelons que la plupart des Grandes Fortunes actuelles n’existaient pas ou en moindre mesure il y a 1 à 2 générations précédemment. Ce sont les progénitures des créateurs de ces fortunes qui en récoltent les fruits parfois de manière aberrante, abusive et excessive. Rappelons que ceux-ci fréquentent de grandes écoles prestigieuses et ne « volent » pas vraiment leur diplôme mais l’important n’est pas tant le diplôme que ce qu’ils peuvent en faire… A diplôme égal, similaire même, opportunités d’embauches et d’évolutions de carrière bien différentes… Ou alors la liste ci dessus n’est que fortuit hasard et concours de circonstances que ceux-ci ont le bon chic de remporter avec aisance et légèreté . La vérité diverge heureusement de ce simple bon mot et maintes critiques et remarques peuvent être faites à ce propos mais l’idée essentielle développée dans ces quelques lignes n’ont pour but que de mettre en lumière l’inéquité des rapports qui existent au sein d’une république une et indivisible. Sachant que dans ces personnes citées ci-dessus certaines ont acquis une réelle légitimité. Critiquons le système dans ces abus, pas dans sa globalité. Il ne suffit pas d’être bien né pour prétendre à de telle carrière mais l’environnement social, éducatif, familial et économique peuvent contribuer à hisser certains individus au-delà de leurs compétences réelles et avérées. Certains sont donc trop favorisés à compétences et/ou diplômes égaux. Et cela va de soit qu'il sort de ces Grandes Ecoles des individus aussi de grande qualité qui y ont réussi à ne pas rentrer dans le moule de conformisme , mimétisme et suivisme primaire pour s'enrichir de la formation de ces grandes écoles qui n'est pas que mauvaises mais à revoir car les dirigeants d'aujourd'hui , les journalistes et autres "Elites" françaises sont passés par ces écoles et aujourd'hui ne représentent plus l'opinion de + de 60 millions de personnes qu'ils tentent a leur tour de formater pour les rabaisser au silence ou à les faire penser à autre chose qu'aux problèmatiques de l'avenir de nos sociétés modernes vacillantes par le divertissement , le shopping, le sport  et moultes autres moyens de vaquer dans un certain esprit de vacuité...

dallas-posterDynasty , Dallas ... Les Séries Américaines ont quelque part conditionné le peuple à acquiescer à l'avènement d'un nouveau royalisme... entreprenarial. Tous les ingrédients sont réunis dans Dallas pour qu'un W. Bush puisse être élu. Qui a tué J.R. ? Aux USA, cette question passionna plus que de savoir qui avait tué dans la réalité JFK ... à Dallas ! Pour le Générique aux paroles "anthologiques" : http://www.youtube.com/watch?v=27SBbGOxoRg 

Etendons aux quelques milliers de plus riches et plus puissants. Ils proviennent majoritairement de grandes écoles comme Polytechnique, ENA , Normale Sup, HEC, Centrale, … Ils appartiennent à des clubs de réflexions, des cercles de connivences. Des Réseaux. Leurs enfants vont dans les mêmes écoles et ils fréquentent les mêmes soirées. Les entreprises des uns servent les intérêts des autres et il n’est pas rare de voir un même individu appartenir à plusieurs conseils d’administration des très grandes entreprises (les fameux jetons de présence entre dirigeants du CAC40. Ne pas confondre à cet égard patron et grand patron). Les barrières entre politique et économie s’estompent à mesure que la richesse et le pouvoir s’accroissent et a tendance à se re-concentrer depuis près de 20 ans. Les conflits d’intérêts sont monnaies courantes mais les dénoncer seraient calomnieux pour ces Messieurs (Quand Nicolas Sarkozy dit que la Double Fonction d’Henri Proglio n’était pas un problème avant l’affaire des Rémunérations cumulées, c’est bien là qu’est le problème et surtout que les journalistes du Mass Média n’aient pas assez alertés l’opinion. Heureusement des journalistes et penseurs l’ont dénoncé. A nous d’apprendre à mieux les entendre et aux médias de leur laisser plus d’espace d’expression).

Autre fait remarquable, ils sont pour certains de Grands Amateurs d’art et certains dépensent des millions, voire des dizaines et centaines de millions dans l’art. Il ne faut en ce sens point confondre art et culture. Certains diront qu’ils sont indissociables mais dans ce cas qui suit, ils peuvent l’être. En effet, leur investissement dans l’art n’est pas désintéressé. Sans mots dire, par le biais de l’investissement dans l’art (toiles de maîtres, sculptures…), ils exonèrent ces sommes pharaoniques de leur patrimoine imposable. On comprend leur intérêt et celui du système à maintenir une spéculation avantageuse pour cette caste. Ils ne sont donc pas imposables sur ces investissements… Ah , et petite précision qui a son importance : Ces messieurs dames supportent mal qu’on ose les critiquer (je parle d’oser car il est difficile d’entendre des journalistes le faire à la télévision. L’autocensure, le politiquement correct et le formatage des écoles de journalisme est un champs de désolation sur lequel se fertilise le terreau épandu des dictatures du futur) et surtout qu’on remette en cause leurs acquis . En cela ils sont relativement similaires avec les syndicats que pourtant ils exècrent. Paradoxal n’est-ce pas ?! Bien entendu, je le répète, il est convenu que certains de ces dirigeants et de ces puissants méritent leur rang et certains font même mieux que leurs aïeux mais ce n’est pas le cas de Tous et c’est cela qui est à dénoncer entre autre. Pendant ce temps le peuple paie la TVA sur les CD , DVD , Livres… Sans Broncher , et quand il télécharge, il est traité de pirate par des flibustiers de haute voltige ! Paradoxal , vous dis-je… Le fameux et bien trop paternaliste : «  Faites ce que je dis, pas ce que je fais ».

giacommeti.jpg"L'homme qui Marche I" d'Alberto Giacometti s'est vendu aux enchères plus de 104 millions d'US $ début 2010... Ce secteur ne connait décidement pas la crise...

Tout cela pour montrer comment le système perpétue la richesse de certains qui Sur-Vivent (au delà de la raison et de l’entendement de la conscience de l’Autre comme individu unique et dans le  respect de la dignité de chacun.) en contraignant le reste de l’ultra majorité à s’endetter pour survivre ou même Sous-Vivre. Le crédit est l’esclavage des temps modernes et récemment on entendait encore qu’une révolution serait impossible à cause des crédits qu’ont les ménages et qui les empêcheraient de s’arrêter de travailler pendant un mois. S’ils le faisaient, les vautours qui rôdent se jetteraient sur leurs biens pour les en spolier comme La Loi (du plus fort) l’autorise… Mais la Révolution est-elle une bonne idée ? Je ne le pense. La refonte de l’organisation du travail doit passer par une réévaluation de fond en comble du  système dans lequel nous vivons. Par ces quelques mots déjà écrits, j’y tends.

Alors un des principes de bases de la fondation d’un nouveau système et d’une réorganisation du travail au niveau international comme local doit être clair sur un point de vue fondamental : Il faut une meilleure répartition des ressources financières  et économiques mondiales. Mais pas que. J’entends déjà ces experts et spécialistes criés au scandale et déjà certains m’ostraciser, me traiter de communiste, de négationniste, de conspirationniste,  de révisionniste et, pourquoi pas, pire et infâme, me traiter d’antisémite ! Tout fallacieux et creux argument est  bon pour calomnier et éviter le débat d’une répartition plus juste et équitable des ressources économiques mais aussi alimentaires, énergétiques,  hydriques et matériels. Comme les érudits l’auront déjà compris, je ne parle donc pas d’égalité mais d’équité, donc de limites et de réajustements. Il faut cesser de voir la croissance économique et l’économie de marché comme la solution à tous nos problèmes. Ils en sont la dérive. Car si nous parlons depuis le départ des individus, il faut aussi prendre en compte la planète, notre terre et faire valoir que les ressources finies dont elle regorge sont par définition épuisables. Le principe de croissance et décroissance sélective semble inéluctable sous peine d’accroissement des inéquités, de la raréfaction des ressources de la terre, des tensions et des guerres. Le voulons-nous ? Le voulez-vous ? Alors qui nous en empêchent ? Doivent-ils continuer à nous en empêcher ? Ne doit-on pas les en empêcher ? Ces hommes et ces femmes, qu’importe qui ils sont, sont les fruits pourris et gâtés d’un système qui n’a fait que trop les arroser pendant que la sécheresse s’étalait sur de grandes surfaces de notre planète. La métaphore de l’eau n’est pas que métaphorique d’ailleurs car ces hommes et ces femmes ne consomment pas que 150 Litres d’eau par jour (A ce propos, lire « Comment les riches détruisent la Planète » du journaliste du Monde Hervé Kempf). Ils dilapident. Mais qui est ce « Ils » . Ce « Ils » n’est personne si personne ne le souhaite , si personne ne se sent appartenir à celui-ci.

Water_War_by_azrainman.jpg

Par répartition plus juste et équitable, il faut comprendre qu’il faut réduire les inégalités pour arriver à un équilibre raisonné et raisonnable. Certains parlent d’échelonner les salaires sur un rapport de 1 à 30 entre le salarié à la base de l’entreprise et ses dirigeants. C’est une zone qui semble raisonnable et raisonné. Il doit être clair qu’il est absolument normal qu’un individu qui a fait plus d’études, qui a plus de responsabilités et qui s’investit massivement dans son travail récolte plus de fruits que celui qui a choisi un autre chemin de vie avec moins d’études, de travail et plus de loisirs infantilisants ou non. C’est le drame dont Alexis de Tocqueville nous mettait déjà en garde il y a plus d’un siècle… Voir des trentenaires jouer à la console et boire de la bière devant un match de foot (et des femmes être passées des soirées Tupperware aux soirées Lingeries et Sex-Toys… Quelle émancipation et progrès !) n’est pas des plus rassurants quant à leur maturité supposée… la maturité, ce n’est pas quand on peut acheter soit même sa console qui nous ramène à l’infantilisme ou de se consoler seule qui émancipe. Une femme me dît que c’est « du bonus » (on croirait entendre un magazine !) ! Mais de voir qu’aujourd’hui  il y a plus de femmes possédant un sex toy (+ de 20% en France et + de 40% au Royaume-Uni et + de 50% aux USA … De l’aliénation de masse encore + efficace dans le monde anglo-saxon...) que d’hommes ayant des poupées gonflables, c’est effrayant surtout dans la mesure où les propos des femmes sont amplis de certitudes aliénantes disant que « c’est pas pareil » « c’est tellement mieux »… Mais je vous rassure Mesdames, nous avons plus de considérations pour vous que notre simple main et nous prenons bien plus de plaisir dans la jouissance partagée et charnelle que dans l’exercice solitaire et manuelle… Si vous trouvez qu’avec vos doigts c’est moins bien, je vous en conjure, convenez que pour les hommes cela est pareil mais que malgré nos pulsions, une plus grande majorité d’hommes ne ressent pas le besoin d’acheter des gadgets pour assouvir ses besoins érotiques… On voit l’influence énorme de certaines séries aliénantes telles que Sex & The City qui formate une vision du féminisme par un sur-consumérisme poussif (en Hommes, vêtements, sorties… Cela fait tourner l’économie certes mais pas la raison et l’esprit dans un but élévateur. Cela fait perdre la tête)… Sachant que le pendant masculin de l’aliénation moderne n’est pas plus brillant en matière de grosses voitures et autres. Tout est bon pour flatter notre bêtise, Homme comme Femme.

4794-2-human-ignorance.jpg

Et dire que le système flatte l’ignorance du peuple en ce sens… Prenez l’exemple des jeux télés : Jusqu’à 500 000 € dans une boîte vide comme leurs cerveaux chez Arthur sur TF1 et seulement des dicos et quelques milliers d’€ sur France 3 pour Questions pour un Champion où les questions sont un minimum sensées. On flatte l’ignorance et l’immaturité et tente de contraindre le peuple à celles-ci en les faisant passer pour de l’intelligence et de la maturité. La première des intelligences étant de reconnaître que parfois l’on est bête, idiot, sot ou que sais-je car parfois le suis-je comme tout ceux qui prétendent à un peu d’intelligence sur Terre. Quant à la maturité, il faudrait être mure le jour de sa mort. Pas avant. Trop de choses sont à apprendre, découvrir, partager, expérimenter et vivre dans autre chose que la simple répétition quotidienne et hebdomadaire d’une vie de soumission à ses pulsions et bas instincts (il ne faut pas confondre intelligence et instinct) vers lesquels on nous tire pour faire de nous des individus de meilleurs consommateurs, pas de meilleurs être humaines. 

Adam Freeland - We Want Your Soul ... Nous Voulons Votre Âme ...

           Télé opium du peuple … «  L’ignorance est la Force » disait Orwell. Le divertissement à outrance aussi. Sachant que tous les médias  ne se valent pas et qu’heureusement certains tendent réellement à transformer l’écran télévisuel en une porte ouverte sur le monde, ses richesses et ses diversités. Il faut avoir conscience et être plutôt convaincu qu’à la base, tout homme et toute femme ont bon fond. C’est l’ensemble de notre environnement social, familial, politique, éducatif, professionnel, sociétal, économique, écologique et médiatique qui nous modèle et parfois donc influe sur les déviances qui sont nôtres du bon sens. Cela peut donc nous dévier de ce qu'il y a de bon en nous. La duplicité d’une partie des médias quant à l’étalage « pornographique » de violence, de sexe, d’humiliation, de frustration, de Pathos … 

munch.jpg

             A force de nous tourner la tête, certains font de grands drames de leurs petits soucis et tracas individuels et au final ne s’occupent guère plus que d’eux-mêmes et de leur entourage. De Tocqueville craignait cela : que l’on résume le monde à son propre petit monde : soi même, ses amis, sa famille et ses connaissances de travail… ne s’intéresser qu’à ceux-là, qu’à cela. C’est une vision bien restreinte du monde. Comme disait Peter Gabriel, plus le mot « Nous » englobe de personnes, plus on s’approche de la sagesse. Nous  est donc l’ensemble des peuples de la planète, des espèces vivantes, animales ou végétales. Nous est la vie. Nous sommes La Vie. J’entendais il y a peu le sympathique comédien, auteur, réalisateur Gérard Jugnot dire qu’il était un égoïste généreux. C’est aussi antithétique que fondamentalement vrai. Etre individualiste ne veut pas juste dire être forcément égoïste totalement. Il sous-tend aussi que nous pouvons être généreux avec les gens que nous connaissons mais sans pour autant avoir conscience que nous devrions l’être plus encore avec l’Autre, son prochain, celui qu’on ne connait pas forcément. On peut beaucoup critiquer le système anglo-saxon mais en Irlande on dit bien : « Un inconnu, un étranger, c’est un ami que l’on ne connait pas encore… »

 

 

aaa 

Partager cet article

Repost 0
Published by Benjamin Blizard ( Thierry Chapin ) - dans environnement écologie économie sciences
commenter cet article

commentaires

Delforge A; 16/04/2013 23:11

Beaucoup de sagesse dans tes textes. Tu m'étonneras toujours! Annick

clovis simard 16/04/2013 17:38

ALLUMER UNE BOUGIE NE PAS MAUDIRE LES TÉNÈBRES.(fermaton.over-blog.com)

Cécile 27/02/2011 17:22


Thierry,

Agréable sensation que de lire un texte en phase avec ses plus profondes convictions... allez, je continue !
Kisses, Cécile.


Benjamin Blizard ( Thierry Chapin ) 15/03/2011 18:34



Grand Merci à Toi Cécile !



jt 19/10/2010 23:08


inquietant
quand on fait une analyse du nom
je m'engarderai bien
le dossier sur le carre sator disparu est a toulouse j'ai mis un lien sur facebook
vous devriez trouver le code de la bible


Présentation

  • : Le blog de Thierry Chapin
  • Le blog de Thierry Chapin
  • : Un Blog qui fera souffler un vent de fraîcheur pour réveiller ou enrichir les esprits des curieux à la fois intéressés par la Politique, L'Ecologie , l'Economie , les Sciences, la Pensée et la Culture . Vastes Sujets ? Heureusement !
  • Contact

Recherche

Liens